SIGGRAPH Spotlight: Episode 16 – CG’s Next Generation with Canada’s Natalia Freitas (Part 2)

SIGGRAPH Spotlight: Episode 16 – CG’s Next Generation with Canada’s Natalia Freitas (Part 2)

In part two of the ACM SIGGRAPH International Resources Committee‘s (IRC) “next generation” series, Rebecca Ko (founder, Rooftop Animation) sits down with 3D artist and Brazil native Natalia Freitas (independent animator based in Vancouver) to discuss Freitas’s experience with renowned studios, her geographical and cross-cultural work – which spans projects from Walt Disney Animation Studios’ “Moana” to Sony Pictures Imageworks’ “Hotel Transylvania 3” – and how SIGGRAPH has contributed to her career and life.

Listen on SoundCloud below or subscribe to the podcast on iTunes or Stitcher.

Audio edited by Gabriel Casique (IRC)


Transcribed by Anupama Hiregoudar (IRC) and Jihed Jaouabi (IRC)

FULL PODCAST TRANSCRIPT (English)

Rebecca Ko: Hi, Natalia.

Natalia Freitas: Hi, Rebecca. [Laughing.]

RK: It’s nice to have you here today.

NF: Yes, thank you so much for inviting me. It’s such an honor.

RK: How do you get from making art for yourself to knowing you can do that for a career? Especially for animation because most kids, or most people, I know, it took them a while to figure out that, “Oh hey, I can actually animate or create stories for animation… for a living.”

NF: So my first animation was, I think, I saw something some “making of” and people were talking of doing animation frame by frame. And when I was 11 years old, I used to make my own comics and stories and I made and I still have some frames left. I made a little animation of a little guy walking and I was always fascinated with flip-books and everything. And I said, “Oh, that… that’s what I want to do in life.” Because I always liked drawing and sculpting and music and animation. You can combine all this arts in one and yeah, when I was 16 and 17 years old, I was already planning what to do after high school. I already knew that I wanted to do animation. And at 19 years old I started at a fine arts school doing classical animation.

RK: I think that makes sense because looking at your short “Electro fly,” it does kinda show that you are … you like animation in a sense that you like combining possibilities in a medium and also how it’s an approach to, I guess, like just now what you mentioned that animation can be a mix of sculpture and drawing and things that you love. The actual style* kinda shows that. It’s like trying to mix different elements into one thing.

NF: Exactly, there are many ways to combine many arts to do one animation. And yeah, I actually I work right now as a 3D artist but I always try to go back and do some traditional work, 2D animation, because that’s how I started and I always want to do this from time to time. [Laughing.]

RK: So, um, I remember you have been, lived, in quite a few different places. Would you like to talk a little bit about how your studies brought you to, like, from Brazil to Germany and how your work brought you to other places?

NF: Well, thanks to animation I have been travelling around the world. [Laughing.] So as I said I started very early as a 2D animator, was in 2005. Its 13 years dedicating my life to animation. I really love it, it’s really my passion. And after 13 years I’m still, yeah I’m sure that I… I don’t see myself doing anything else. But anyway, I started as a 2D animator because I was in love passionately with Disney animation and 2005 Disney was still doing some… yeah was not only with 3D. For example, they made the “Brother Bear” and the “Home on the Range” still in 2004. And I thought, “OK, I wanna be a 2D animator and maybe I can work on this kind of film.” But then… [Laughing.] But then, after, “The Princess and the Frog” was the last one that they did, unfortunately. But anyway, I graduated in 2009 as a 2D animator and I was really passionate about doing everything traditionally frame by frame and drawing. Then, I moved from my state in Brazil to another state to work on my first feature film, which was also as an animator, a 2D animator. And when I was there I was also working as a freelancer but none of the studios would give me a chance. They would hire me just for maybe 2 weeks or 3 months or just for a small project, and then they would let me go. And they would keep people that could do 3D things on the computer and that was the click that I had: “OK, I need to learn 3D otherwise I would be… I would stay behind.” Because if I don’t learn 3D, the doors would keep closing. I mean, this was my perspective at the time. So then, by the end of 2010 I started learning, thanks to YouTube. I started learning 3D and doing tutorials and thanks to the little exercises that I did, I got a job offer from a studio. And at this studio I was able to grow my abilities as a 3D artist so I became a generalist. I was doing modeling, texturing, and animation, and a little bit of rigging. And it was an amazing chance. Then, at the end of 2011 I applied myself for a scholarship, for a German scholarship, and thanks to all this work I did in Brazil I got selected. So I went to Germany in 2012 and there I went to the Filmakademie Baden-Württemberg is the… for me is still the best school. The Filmakademie, they called my attention was in 2008 when I was at a film festival, also in Brazil. They had a student film festival and all the best films were from Filmakademie, and I said, “OK, that’s where I want to go.” Because all the student projects were so amazing, so professional, compared to the other student films, and that became my goal and after four years I was able to get in there.

Was for 4 years trying to get better to getting there. And then, at the Filmakademie was a dream come true. I was able to work with over 15 student projects and it was an amazing opportunity. I say that if it wasn’t for this opportunity that I had in Germany. Inside Filmakademie I heard about SIGGRAPH because, before, as I said, I was a more traditional artist and I didn’t know about SIGGRAPH. And then when I went to Filmakademie, they were always announcing like, “Hey, do you want to volunteer for SIGGRAPH?” And I was like, “Oh my god, I want to.” [Laughing.]

RK: So is that how you got into SIGGRAPH?

NF: So, actually, in 2012 and 2013 I couldn’t volunteer myself because I… so as a Brazilian to get in the U.S. you need a visa and, at that time, I didn’t have the visa, but I was always following what was going on. Also, my friends that were volunteering at SIGGRAPH, they would come back and tell us how it was amazing this experience to do some networking and to connect with new people. And also, there is a… at the FMX there is a cooperation between SIGGRAPH and FMX also. So yeah, that’s how I got involved, and the first time that I attended SIGGRAPH was in 2016. But before that I was at SIGGRAPH not in-person but with the student projects. For example, the SIGGRAPH 2014 was here in Vancouver. Uh, “Wrapped” they won the best student project [in the Computer Animation Festival] and the next year “Wrapped” was also the trailer for the FMX. I had a chance to do some texturing for this short and then in 2015 I was able to be part of SIGGRAPH Asia with my short film.

RK: Is it possible I have interviewed….. to get like involved with SIGGRAPH professionally?* Yeah we are like….. they are attendee or student volunteer first but you attend through participating in works before actually go and that’s very interesting.

NF: Yeah, and when I went there in 2016 it was so amazing. I took two days off from the studio and I went to the… [Muffled words.] It was so cool to reconnect with some people. ‘Cause I saw so many people there… uh, my friends from Germany and some people from Brazil and also to meet my idols. Like, there I had the chance to meet my second biggest inspiration, Owen Hunt. He’s a texture artist at Weta. And, wow, was amazing to have a chance to have lunch with him and connect with him. It was really good. And also last year, I was going to the SIGGRAPH but I couldn’t go. The Best in Show winner, “Song of a Toad,” I also did a little… was a texturing work for Kariem Saleh. He also went to the Filmakademie and he won this prize. So somehow I was there not in-person but with a project. [Laughing.]

RK: That was a very crazy short. [Laughing.]

NF: Right!

RK: I didn’t expect it.

NF: Yeah, the “making of” is amazing also, right?! That’s what I mean about the school, like, every short I’ve seen from it I don’t expect the direction it goes. It’s very bizarre and has, like, a different sense of humor than I expect from the usual student films. [Laughing.] But that’s amazing, right?

RK: Yeah!

NF: Variety! But yeah, but all this shorts I was as a texture artist or doing modeling and only “Electro Fly” I was going doing only animation and directing. ‘Cause when I started at the Filmakademie I wanted to be a better 3D animator. I was still in love with animation and I wanted to be an animator, but then was at the FMX 2012 or 2013, I don’t remember. The animation supervisor from “Wreck It Ralph” was there with Disney and they were reviewing portfolios and then I had a chance to get in the line and talk to Renato. And then he just saw my demo-reel, my portfolio, and he said, “Hey, what do you want to do?” And I said, “Oh, I wanna be an animator and maybe work at Disney or a big studio.” And he said, “Hey, I saw you do everything here. If you want to work at a big company, you have to choose, you have to specialize yourself. It’s not so all the studios that accept generalists. Of course there are some studios that need some generalists people, but normally, they are after people with a specific talent.” And then I said, “OK, I will concentrate myself in animation.” And he said hey, “if you want to work at Disney as an animator you have to show me much more than this.” [Laughing.]

RK: [With emphasis.] Oh.

NF: So I was like, “Oh my god!” But then he said, “But, hey, on your portfolio here I can see you are a much better 3D artist than animator. I think your modelling and texturing are much stronger and have much more personality than your animation. And if I could give you a tip, I would suggest you go do modeling or do texturing.” So after this… [Laughing.] shock of reality, I started doing only modeling and texturing for all the student projects at the Filmakademie and I love doing modeling and texturing now. Yeah, I really fell in love with modeling and texturing and I always have so much fun. It was really very good advice that I got because when I look back my animation, I can really see that if I was still working 100% of my time as an animator, maybe I would not be so good.

RK: Do you miss it though? Because I…

NF: I miss it. So, actually, right now I’m working on a new short with my sister. It’s not a frame by frame… it’s not a frame by frame animation. It’s more a puppet and… because it’s… we don’t have so much time, it’s a very limited time. So now I’m making a break with 3D and doing lot of drawings again because I think it was a nice chance to work with my sister. It’s the first time that I am working with her. She’s a singer, a lyrical singer.

RK: Oh, are you making a music video for her?

NF: No she will make a presentation in Hamburg, in Germany, in June. And it will be about birds. So she wrote a story and we decided to make an animation. And so there will be a projection behind her and then she will sing. So it will….yeah, it will be nice.

RK: So it will be like a performance piece with animation.

NF: Yes, and three friends from Germany, they are helping me right now. We are doing the compositing and over the past two months I have been drawing, like, three to four complete layouts every day. It was nice to give a break from 3D, but I’m already missing 3D.

RK: Yeah.

NF: From time to time, I go back and do some animation or traditional artwork, even though I know that maybe this will not open so many doors for me, because, unfortunately, if you see… For example, at the studios most of the animators or modeling or 3D texture artists, if you give them a paper they don’t even know how to draw. Because today it’s not a… they don’t care if you do some traditional artwork ’cause it’s… they always say, “Oh, it’s a plus.” But they don’t want to see this in your portfolio. So I know a lot of texture artists, I know a lot of people who do some amazing modeling but they can’t draw any traditional art.

RK: Yeah, I think this is really about whether you’re being a specialist, as in a specific sort of artist for production, or whether you want to be an artist with your own brand. Some people can juggle the two, like, they can work for a big studio and still do their own work.

NF: Exactly.

RK: And some people need to focus on either one.

NF: Yeah, that is exactly what I am doing right now because I mean… it’s amazing to work doing feature films. It’s such a amazing experience to go to the movie theater and see people reacting and people talking about it. But it’s also nice to do your own work, your own personal work, and not be under the shadow from the studios. So I think for me as an artist, I always try to do some personal things to show, “Hey, that’s what I did. I did it alone.” Not, for example, on a feature film with so many people involved and maybe what you did is on the background.

RK: Yeah.

NF: So personal work is a way to show what you can really do.

RK: I think that makes sense, especially for you, too, because if art is something that has been such a big part of you growing up, it’s something that is very hard to just turn into something more mundane like for… to become just a little cog in the wheel. If that makes any sense.

NF: Yes, totally!

RK: You’re based in Vancouver right now, right?

NF: Yes, right now I’m a little more than one year here in Vancouver.

RK: How did you find yourself in Vancouver? Like, how did you end up there?

NF: Actually it was by accident because when I applied to Sony, I thought that I was going to work at Sony in Vancouver City and I thought, OK, I was living in Burbank. I thought, OK, Vancouver City is not so far, I can still keep the apartment in Burbank. [Laughing.] But then they sent me the contract on Thursday. I spent Thursday, Friday, Saturday, Sunday thinking if I really wanted to move again to another country, restart my life because it’s not easy. I mean, it is nice to have different culture experience and to also, for my resume, to have another experience in another big company. But, personally, it’s not nice. I mean, I had to sell everything that I had again and buy everything, and maybe next semester will not even be here so yeah. But I… I don’t… I have no regrets. I really like Vancouver. I think I made a good decision to come here.

RK: That’s cool. I think Vancouver has, well I am not very familiar with the city, but from what I have heard, it has a very vibrant culture. Like, it has a lot of different cultures, like Vancouver has a lot of different people from different parts of the world … it’s multicultural and also there are a lot of creatives living there.

NF: Yes, but I…actually when I was in California at Disney I think my… this multicultural experience, I had more there than here.

RK: Ah, yeah yeah yeah.

NF: I don’t know if it’s because the studios they are different ’cause here I didn’t have the chance to meet so much people. And there I was… every day was with a lot of people around me. People from all the globe: Italian, French, and German, and Mexican, and yeah… people from everywhere. It was an amazing, amazing family.

RK: Alright, of course. California is a lot more multicultural. I think Vancouver it’s more like there are hubs of, like, pockets of them everywhere but it’s more like you need to know where to find them.

NF: Yes, so there is, once a month, we have the Vancouver Animation meetings. So people from many studios come and we have some pizza together and we talk about animation and it’s an amazing way to do some networking and meet some new people from the industry. And when you go there it’s not only animators but also some story artists and lighting artists and comp. It’s an amazing event, so I always try to get involved also and do some networking and have the chance to meet the people. ‘Cause, really, at the studio, sometimes people are so concentrated at their work that they don’t even talk to you.

RK: Yeah, that’s usually the case. Like, people are… there is so much work to do they don’t really have that energy or time to socialize anymore.

NF: Yeah. [Laughing.]

RK: And that’s a little bit sad…

NF: Yeah, but I love talking and sometimes I would talk with people from the front desk. [Laughing.] Yeah, cause they are always there and, “Oh no, it’s her now!”

RK: It’s cool, though, they probably enjoy it. [Laughing.]

NF: But Vancouver is nice but here you… I think go, for example, to a restaurant probably 20-30 percent from everybody inside the restaurant are working on this industry. Because there are so many 2D and 3D studios here, and, yeah, I feel like here is like a little Hollywood. So many production.

RK: I think Netflix does most of its animation contents in Vancouver.

NF: Yes, Icon, Bardel.

RK: Yeah, yeah, so there is a lot going on in there.

NF: Yes.

RK: How would you say the animation industry is like in Vancouver compared to California?

NF: I have to say that California was magical for me because… So I grew up watching all the Nickelodeon, Cartoon Network, Disney, Warner cartoons and I used to live exactly at the same street from Nickelodeon and it was so nice!

RK: [With emphasis.] Wow.

NF: It was so amazing for me to open the door from my apartment and see Nickelodeon and across from the street. I could see the CN from the Cartoon Network at the downtown Burbank.

RK: What?! [Laughing.] That’s crazy!

NF: Yes and walk to Disney and it was really a magical experience. Like, from time to time I get myself thinking about the time that I lived there and I think was it real. It was so… [Laughing.] Yeah or when I see some picture of me there at the studio or yeah that I had a chance to visit Nickelodeon I was like, OK was… I think it was just a dream. [Laughing.] Yeah.

RK: I think that is something about a lot of times when you’re there, things doesn’t really seem real.

NF: Yes, California Dream! [Laughing.] Yeah, and also here is more VFX, I have to say. ‘Cause here, OK, you have Sony, you have Animalogic and now Stellar I think they are doing something. In Montreal you have On Animation and, anyway, but still VFX is bigger here.

RK: And, so, like, less 2D compared to California?

NF: Yes, but its growing. I mean, maybe…

RK: There is DHX.

NF: DHX they are doing 2D animation and I don’t think they are doing feature film right now. They are doing mostly TV shows.

RK: Yeah.

NF: I think I only know of that “My Little Pony” feature that came out before. Icon is doing “Elena” and Bardel they were doing “Dragons,” “How to Train Your Dragons,” and “Turtles” the TV show and also “Rick and Morty!” Oh my god!

RK: Wait, they are doing “Rick and Morty” there?

NF: No was.. I think it was the first season from “Rick and Morty” was done at Bardel. I was so so jealous. I… It would be a dream to work on Rick and Morty. [Laughing.]

RK: You should link… You should link this podcast or we should just let this podcast see if people are there.

NF: Yeah, even though I’m doing, like, mostly 3D, if I had a chance to work with like “Rick and Morty,” I’d say, “Hey, I’m just doing 2D again.”

RK: Hey, you never know. Aside from the industry would you think, eh, would you say that there are people who, artists, who find time to create their original content here?

NF: Umm… well, definitely I know that from following my friends from Disney on Instagram I can see that they are always drawing, always creating, always doing some creative things. At Sony… I don’t know I didn’t… as I said, I didn’t have the chance to meet so many people there. But I … from the people that I know, they always try to create something also. Some drawings and keep themselves busy and I think it is important. I mean… it’s like… creativity is like a muscle. You have to practice, you have to use it. I mean, you can’t only do what the studios are demanding. I think it is important to go home and do your own thing also, it’s nice. I admire that. Yeah, like, last year for me, I was all like trying to do some… at least two or three times a week some new drawing or some new sculpture. Not on the computer because since I was working, like, 8 hours a day, the last thing that I want to do when I got home is draw, not to be on a computer again.

RK: I have another question for you. Because I remember reading about it in one of your interviews. And it’s, um, your experience as a female and also as an international, I guess, working in the animation industry. Do you think that, um, goes into how you create? And do you think it affects your experience in anyway at all?

NF: Hmm… Sometimes. Like, once I was at a studio grabbing coffee and someone introduced himself and said, “Oh, are you a secretary or producer?” and I said, “No, I’m a 3D artist!” Why can’t a girl like me do something on computer? So there is a misjudgement.

RK: Ah, yeah. I think most of the, well, I know it’s slowly changing but the majority of females going into the industry are still secretaries or producers. But the figures are changing, so that’s good.

NF: Yeah, right now it’s changing, but, for example, when I was joined the 2D, uh, the classical animation bachelor degree I was… I was so the minority. I think we had 10 people and we were just two girls. And then I was working at a studio and we were 15 people doing the creative work and two ladies doing… they was a secretary and a producer, and 15 guys, and there was only me and another girl. And we were… I was always, we were always, minority and I think I got used to that. But I think it is so important to have more girls because I know so many talented girls, but they don’t have a chance or maybe just because they require a visa. But that’s my case also, sometimes I see some door closing because I need a visa. And what annoys me is to see that they hire someone that is not so good but doesn’t require a visa. And, OK, I know it is easier for the studios to hire people from their own country or that doesn’t need a visa but it’s also frustrating for me. [Laughing.]

RK: But I think/ from the studio’s perspective, it’s more about resources and capacity. But it’s such a pity.

NF: Yes, yes it is. Yeah, I read a lawsuit, some nice opportunities because of visa. But anyway, as a girl, I have a mixed experience. ‘Cause, OK, I was always a minority, but every time there was a girl I would always be… try to befriend. Because I think we have the girl power, you have to help each other. But I also had the problem by other girls underestimating, not girls but women, leads underestimating me because, I dunno, I have to prove that, “Hey, I can do what the boys are doing.”

RK: I think, in general, if you are traditionally more feminine a person, like the way you present yourself, people would find it less, like the way you address things or feel like you’re less confident or sure of whether you do something, and that’s why people would tend to doubt you more if, more like a lady, if that makes. If you are next to a room full of guys, a lot more like, yeah, I can … it would come off that way.

NF: Exactly! Also I can make a [muffled words] watch “Zootopia.” So, in this industry, I feel sometimes totally like Judy Hopps because you are among a lot of talented guys and strong, and then you are a little bunny there…just a girl among these guys, and you have to prove you can do just what they can.

RK: I know, I’ve had those moments when I freelanced, when I first got into the industry, when I was one of, if not the only girl, and it’s intimidating.

NF: Yes, it is.

RK: [Muffled words.] But at least here in Hong Kong, it has been… I’ve seen a lot more balance in the ratio in terms of like female-male representation. At least because I work more in the 2D side, it seems that most of the males tend to go towards CG side of it.

NF: Yes, yes exactly.

RK: So that’s kind of interesting.

NF: But its changing. I can see so many girls are getting more involved with 3D and want to do some video games and animation or VFX. It’s amazing, I mean 3D is actually very new if you compare to like, like this industry is still small. Everybody knows everyone and it’s still growing. And I’m sure that, in the future, there will be a balance.

RK: And it just takes us staying and balancing out the figures I guess.

NF: Yeah, yeah, there are many amazing ladies being supervisors, VFX supervisors, and they are really an inspiration. They work in [muffled words] and they were here doing some interview and some talk and was so amazing, I cried. So I know this amazing women being supervisors and leads, and maybe someday in the future I will be maybe lead or doing some supervisor projects. That’s my new goal. [laughing] Dream!

RK: Hopefully the next time we talk.

NF: Oh my god! That would be amazing. That would be amazing. That would be the highest moment in my career, I think. Yeah after, I said, 13 years working with it and going from 2D and 3D and finally finding myself, yeah. I think that’s a new step, a new challenge also. I don’t want to always just work, but I also would like to share my experience and share some knowledge with new artist and that would be amazing. I think that’s my dream. [Laughing.]

RK: I think that’s pretty much it for today. Thank you so much for all the advice and sharing so much about your experience.

NF: Oh sure!

RK: It’s very enlightening and you’ve had a very interesting career path and your way of approaching animation and art is very unique as well.


TRANSCRIPTION COMPLÈTE DE PODCAST (Français)

Rebecca Ko: Salut Natalia

Natalia Freitas: Salut Rebecca (rire)

 

RK: C’est bon de vous avoir ici aujourd’hui.

NF: Oui, merci beaucoup de m’avoir invité. C’est un tel honneur.

RK: Comment obtenez-vous de faire de l’art pour vous-même pour savoir que vous pouvez le faire pour une carrière. Surtout pour l’animation parce que la plupart des enfants … ou la plupart des gens que je connais, il leur a fallu un certain temps pour comprendre que ‘oh hé en fait je peux animer ou créer des histoires pour l’animation … pour vivre.’

NF: Donc, ma première animation a été, je pense que j’ai vu quelque ‘making of’ et les gens en train de parler de faire de l’animation image par image. Et quand j’avais onze ans j’avais l’habitude de faire mes propres bandes dessinées et histoires et j’ai fait et il me reste quelques cadres. J’ai fait une petite animation d’un petit gars qui marche et j’ai toujours été fasciné par les flip-books et tout. Et j’ai dit oh c’est ça que je veux faire dans la vie parce que j’ai toujours aimé dessiner et sculpter et la musique et l’animation vous pouvez combiner tous ces arts en un et oui. Quand j’avais 16 et 17 ans et que je planifiais déjà quoi faire après le lycée. Je savais déjà que je voulais faire de l’animation. Et avec 19 ans j’ai commencé dans une école d’arts plastiques faisant de l’animation classique.

RK: Je pense que cela a du sens parce que regarder vos courts ‘Electro fly’, ça montre un peu que vous êtes … vous aimez l’animation dans le sens que vous aimez combiner les possibilités dans un médium et comment c’est une approche pour.. Vous avez mentionné que l’animation peut être un mélange de sculpture et de dessin et de choses que vous aimez. Le style actuel le montre un peu. C’est comme essayer de mélanger différents éléments en une seule chose.

NF: Exactement, il existe plusieurs façons de combiner plusieurs arts pour faire une animation. Et oui … En fait, je travaille actuellement en tant qu’artiste 3D, mais j’essaie toujours de revenir en arrière et de faire du travail traditionnel en animation 2D parce que c’est ainsi que j’ai commencé et je veux toujours le faire de temps en temps. (rire)

RK: Alors euh, je me souviens que tu as … vécu dans plusieurs endroits différents. Voulez-vous parler un peu de la façon dont vos études vous ont amenés à … comme du Brésil vers l’Allemagne et comment votre travail vous a amené à d’autres endroits.

NF: Eh bien, grâce à l’animation, j’ai voyagé autour du monde. (Rires) Comme je l’ai dit, j’ai commencé très tôt en tant qu’animateur 2D en 2005. C’est 13 ans consacrent ma vie à l’animation. Je l’aime vraiment, c’est vraiment ma passion. Et après 13 ans je suis toujours, ouais je suis sûr que je … Je ne me vois pas faire autre chose. (rires) Mais de toute façon, j’ai commencé en tant qu’animatrice 2D parce que j’étais passionnément amoureuse de disney et 2005 disney en faisait encore … ouais n’était pas seulement avec la 3D. Par exemple, ils ont créé le ‘Brother Bear’ et le ‘Home on the Range’ en 2004. Et j’ai pensé que je voulais être une animatrice 2D et peut-être que je pourrais travailler sur ce genre de film. Mais alors … Ha … mais après ‘La Princesse et la Grenouille’ était le dernier qu’ils ont fait, malheureusement. Mais en tout cas, j’ai été diplômé en 2009 en tant qu’animatrice 2D et j’étais vraiment passionnée de tout faire traditionnellement image par image et dessin. Ensuite, je suis passée de mon état au Brésil à un autre état pour travailler sur mon premier long métrage était aussi en tant qu’animatrice .. une animatrice 2D.

Et quand j’étais là-bas, je travaillais aussi comme freelancer mais aucun des studios ne me donnait une chance. Ils m’embaucheraient seulement pour 2 semaines ou 3 mois ou juste pour un petit projet et ensuite ils me laisseraient partir. Et ils gardaient les gens qui pouvaient faire des choses 3D sur l’ordinateur et c’était le point où j’avais dit ok je devrais apprendre la 3D sinon je serais .. Je resterais derrière. Parce que si je n’apprends pas la 3D, les portes continueraient à se fermer. Je veux dire que c’était mon point de vue à l’époque. Alors, à la fin de l’année 2010, j’ai commencé à apprendre, grâce à YouTube (rire) J’ai commencé à apprendre la 3D et à faire des tutoriels et grâce aux petits exercices, j’ai eu une offre d’emploi. Et dans ce studio, j’ai pu développer mes capacités en tant qu’artiste 3D, je suis donc devenu généraliste. Je faisais du modelage, de la texturation et de l’animation et un peu de rigging et c’était une chance incroyable. Puis, à la fin de 2011, je me suis appliqué pour une bourse d’études, pour une bourse d’études allemande et grâce à tout ce travail que j’ai fait au Brésil, j’ai été sélectionné. Je suis donc allé en Allemagne en 2012 et là je suis allé à l’Académie du film du Bade-Wurtemberg qui est le … pour moi c’est toujours la meilleure école. L’Académie de Cinéma qu’ils ont attiré mon attention était en 2008 j’étais à un festival de film également au Brésil. Ils ont eu un festival de films d’étudiants et tous les meilleurs films venaient de la Film Academy et j’ai dit ok c’est où je veux aller. (rires) Parce que tous les projets d’étudiants étaient si extraordinaires, si professionnels par rapport aux autres films d’étudiants et que c’est devenu mon objectif et après 4 ans j’ai pu y aller. J’était pendant 4 ans essayant d’aller mieux pour y arriver. Et puis à l’académie du cinéma, un rêve devenait réalité. J’ai été capable de travailler avec plus de 15 projets étudiants et c’était une opportunité incroyable. Je dis que si ce n’était pas pour cette opportunité que j’avais en Allemagne. Dans ‘Inside Film Academy’ j’ai entendu parler de Siggraph parce qu’avant, comme je le disais, j’étais un artiste plus traditionnel et je ne connaissais pas Siggraph. Et puis quand je suis allé à l’académie du cinéma, ils m’annonçaient toujours comme si tu voulais faire du bénévolat pour Siggraph et j’étais comme oh mon dieu je le veux. (rire)

RK: Alors c’est comme ça que tu es entré dans Siggraph?

NF: En fait, en 2012 et 2013, je ne pouvais pas me porter volontaire parce que … en tant que Brésilienne pour accéder aux États-Unis, il fallait un visa et à l’époque je n’avais pas de visa mais je suivais toujours ce qui se passait. De plus, mes amis qui faisaient du bénévolat à ce Siggraph reviendraient nous dire à quel point ce fut une expérience incroyable de faire du réseautage et de communiquer avec de nouvelles personnes. Et aussi il y a un … au FMX il y a une coopération entre Siggraph et FMX aussi. Alors oui, c’est comme ça que je me suis impliqué et la première fois que j’ai assisté à Siggraph c’était en 2016. Mais avant ça j’étais à Siggraph pas en personne mais avec ces projets d’étudiants. Par exemple, le Siggraph 2014 était ici à Vancouver. Uhh ‘Wrapped’ ils ont gagné le meilleur film d’étudiant et l’année suivante Wrapped était aussi la bande-annonce du FMX. J’ai eu la chance de faire quelques textures pour ce court métrage puis en 2015 j’ai pu faire partie de Siggraph Asia avec mon court métrage.

RK: Est-il possible que j’ai interviewé … pour être impliqué professionnellement avec SIGGRAPH? Ouais nous sommes comme … .. ils sont d’abord des participants ou des étudiants volontaires mais vous participez en participant à des travaux avant de foncer et c’est très intéressant.

NF: Oui et quand je suis allé là-bas en 2016, c’était vraiment génial. J’ai pris deux jours de congé du studio et je suis allé à la …. C’était tellement cool de se reconnecter avec certaines personnes. Parce que j’ai vu tant de gens là-bas … Mes amis d’Allemagne et quelques Brésiliens et aussi pour rencontrer mes idoles. Comme là j’ai eu la chance de rencontrer ma deuxième plus grande inspiration est Owen Hunt. Il est un artiste de texture chez Weta. Et wow était incroyable d’avoir une chance de déjeuner avec lui et de se connecter avec lui. C’était vraiment bien. Et aussi l’année dernière j’allais au Siggraph mais je ne pouvais pas y aller. Le gagnant de The Best of Show «Chanson d’un crapaud» j’en ai aussi fait un peu partie … C’était un travail de texturing pour Kariem Saleh. Il est également allé à la Film Academy et il a gagné ce prix. Donc, d’une manière ou d’une autre, j’y étais pas en personne mais avec un projet. (rire)

RK: C’était un court métrage très fou. (rire)

NF: C’est vrai!

RK: Je ne m’y attendais pas.

NF: Ouais le making of est incroyable aussi, c’est vrai! C’est ce que je veux dire à propos de l’école, comme tous les courts que j’en ai vus, je ne m’attends pas à ce que ça se passe. C’est très bizarre et j’ai un sens de l’humour différent de ce que j’attends d’un film d’étudiant habituel. (rire) Mais c’est incroyable!

RK: Ouais!

NF: Variété! (rires) Mais oui, mais tout ça, je suis un artiste de texture ou de modélisation et je ne faisais que de l’animation et de la direction. Parce que quand j’ai commencé à la Film Academy, je voulais devenir une meilleure animatrice 3D. J’étais toujours amoureux de l’animation et je voulais être animateur mais ensuite … A été au FMX 2012 ou 2013, je ne m’en souviens pas. Le superviseur de l’animation de Wreck It Ralph était là avec Disney et ils passaient en revue les portefeuilles et ensuite j’ai eu la chance de me mettre en ligne et de parler à Renato. Et puis il a juste vu ma démo-reel, mon portfolio et il a dit hey qu’est-ce que tu veux faire. Et j’ai dit “oh je veux être un animateur et peut-être travailler à Disney ou dans un grand studio.” Et il a dit, “hé, je vous ai vu faire tout ici. Si vous voulez travailler dans une grande entreprise, vous devez vous spécialiser. Ce n’est pas tous les studios qui acceptent les généralistes. Bien sûr, il y a des studios qui ont besoin de quelques généralistes, mais normalement, ils recherchent des gens avec un talent spécifique. “Et puis j’ai dit ok je vais me concentrer sur l’animation. Et il a dit: “Si vous voulez travailler chez Disney en tant qu’animateur, vous devez me montrer beaucoup plus que cela.” (Rire)

RK: Ohh ..

NF: Donc je me disais ‘oh mon dieu!’ Mais ensuite il a dit, “Mais bon, sur votre portfolio ici, je peux voir que vous êtes une artiste 3D beaucoup mieux qu’une animatrice. Je pense que ta modélisation et ta texturation sont beaucoup plus fortes et ont beaucoup plus de personnalité que ton animation. Et si je pouvais te donner un conseil, je te suggérerais de faire du modeling ou du texturing. “Donc après ce choc de la réalité, j’ai commencé à faire du modeling et du texturing pour tous les projets étudiants de la Film Academy et j’aime faire de la modélisation et la texturation maintenant. Oui, je suis vraiment tombé amoureuse du modelage et de la texturation et je m’amuse toujours autant. C’était vraiment un très bon conseil parce que quand je regarde mes animations, je peux vraiment voir que si je travaillais encore 100% de mon temps en tant qu’animatrice, je ne serais peut-être pas si bonne. (rire)

RK: Est-ce que cela vous manque, parce que je …

NF: Ça me manque. Donc en ce moment je travaille sur un nouveau short avec ma sœur. Ce n’est pas une image par image … ce n’est pas une animation image par image. C’est plus une marionnette et … parce que … nous n’avons pas beaucoup de temps. C’est un temps très limité. Alors maintenant, je fais une pause avec la 3D et je refais beaucoup de dessins parce que je pense que c’était une bonne opportunité de travailler avec ma sœur. C’est la première fois que je travaille avec elle. C’est une chanteuse, une chanteuse lyrique.

RK: Oh faites-vous un clip vidéo pour elle?

NF: Non, elle fera une présentation à Hambourg, en Allemagne, en juin. Et ce sera au sujet des oiseaux. Alors elle a écrit une histoire et nous avons décidé de faire une animation. Et donc il y aura une projection derrière elle et alors elle va chanter. Donc ça va … ça va être sympa.

RK: Ce sera donc comme une pièce de performance avec animation.

NF: Oui et 3 amis d’Allemagne, ils m’aident en ce moment. Nous faisons le compositing et au cours des 2 derniers mois, j’ai dessiné comme 3 – 4 mises en page complètes tous les jours. C’était agréable de faire une pause de la 3D. Mais il me manque déjà le 3D.

RK: Ouais.

NF: De temps en temps je repars et fais de l’animation ou de l’art traditionnel même si je sais que ça ne m’ouvrira peut-être pas autant de portes, car malheureusement si on voit, par exemple, dans les studios la plupart des animateurs ou 3D Les artistes de texture, si vous leur donnez un papier, ils ne savent même pas comment dessiner. Parce qu’aujourd’hui ce n’est pas un … ils se fichent de faire des œuvres d’art traditionnelles parce que c’est … ils disent toujours que c’est un plus. Mais ils ne veulent pas voir cela dans votre portefeuille. Je connais donc beaucoup d’artistes de texture, je connais beaucoup de gens qui font du très beau modelage mais qui ne peuvent pas dessiner d’art traditionnel.

RK: Oui, je pense que c’est vraiment à propos de savoir si vous êtes un spécialiste comme une sorte spécifique d’artiste pour la production ou si vous voulez être un artiste avec votre propre marque. Certaines personnes peuvent jongler avec les deux comme ils peuvent travailler pour un grand studio et faire leur propre travail.

NF: Exactement

RK: Et certaines personnes doivent se concentrer sur l’un ou l’autre.

NF: Ouais c’est exactement ce que je fais en ce moment parce que je veux dire .. C’est incroyable de travailler sur des longs métrages. C’est une expérience incroyable d’aller au cinéma et de voir les gens réagir et les gens en parler. Mais c’est aussi agréable de faire son propre travail, son propre travail personnel et de ne pas être dans l’ombre des studios. Donc, je pense que pour moi en tant qu’artiste, j’essaie toujours de faire des choses personnelles pour montrer que c’est ce que j’ai fait. Je l’ai fait seul. Pas par exemple sur un long métrage avec autant de personnes impliquées et peut-être que ce que vous avez fait est à l’arrière-plan.

RK: Ouais

NF: Le travail personnel est donc un moyen de montrer ce que vous pouvez vraiment faire.

RK: Je pense que cela a du sens surtout pour vous parce que si l’art est quelque chose qui a été une grande partie de votre croissance. C’est quelque chose qui est très difficile à transformer en quelque chose de plus banal comme pour … devenir juste un petit rouage de la grosse machine. Si cela a du sens.

NF: Oui tout à fait!

RK: Vous êtes basé à Vancouver, n’est-ce pas?

NF: Oui, maintenant, je suis un peu plus d’un an ici à Vancouver.

RK: Comment vous êtes-vous retrouvé à Vancouver? Comment avez-vous fini là-bas?

NF: En fait, c’était par accident parce que lorsque j’ai postulé chez Sony, je pensais que j’allais travailler chez Sony à Vancouver City et je pensais que je vivais à Burbank. Je pensais que Vancouver City n’est pas si loin, je peux toujours garder l’appartement à Burbank. (rire) Mais ils m’ont envoyé le contrat jeudi. J’ai passé jeudi, vendredi, samedi et dimanche à penser que si je voulais vraiment déménager dans un autre pays, recommencer ma vie parce que ce n’est pas facile. Je veux dire qu’il est bon d’avoir une expérience différente de la culture et aussi pour mon CV d’avoir une autre expérience dans une autre grande entreprise. Mais personnellement ce n’est pas gentil. Je veux dire que je devais vendre tout ce que j’avais encore et tout acheter et peut-être que le prochain semestre ne sera même pas là alors oui. Mais je … je ne … je n’ai aucun regret. J’aime vraiment Vancouver. Je pense que j’ai pris la bonne décision de venir ici.

RK: C’est super. Je pense que Vancouver a, bien que je ne connais pas très bien la ville, mais d’après ce que j’ai entendu, sa culture est très dynamique. Comme il a beaucoup de différentes cultures. Vancouver a beaucoup de gens différents de différentes parties du monde, c’est une ville multiculturelle et aussi il y a beaucoup des gens créatifs vivant là-bas.

NF: Oui, mais je … quand j’étais en Californie à Disney, je pense que mon … cette expérience multiculturelle, j’avais plus de choses qu’ici.

RK: Ahhh ouais ouais ouais

NF: Je ne sais pas si c’est parce que les studios sont différents parce que je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer autant de monde. Et j’étais là … tous les jours était avec beaucoup de gens autour de moi. Des gens de tout le globe italien, français, allemand et mexicain et oui des gens de partout. C’était incroyable, une famille incroyable.

RK: D’accord, bien sûr. La Californie est beaucoup plus multiculturelle. Je pense que Vancouver ressemble plus à des hubs, à des poches de partout, mais c’est plutôt comme si vous aviez besoin de savoir où les trouver.

NF: Oui, donc il y a une fois par mois les réunions de Vancouver Animation. Donc, les gens de nombreux studios viennent et nous avons de la pizza ensemble et nous parlons de l’animation et c’est une façon incroyable de faire du réseautage et de rencontrer de nouvelles personnes de l’industrie. Et quand vous y allez, ce ne sont pas seulement des animateurs, mais aussi des artistes de l’histoire et de l’éclairage. C’est un événement incroyable alors j’essaie toujours de m’impliquer et de faire du réseautage et de rencontrer les gens qui sont vraiment en train de travailler au studio, parfois les gens sont si concentrés dans leur travail qu’ils ne vous parlent même pas.

RK: Oui, c’est généralement le cas. Comme les gens … il y a tellement de travail à faire qu’ils n’ont plus vraiment cette énergie ou le temps de socialiser.

NF: Oui (rire)

RK: Et c’est un peu triste …

NF: Oui, mais j’aime parler et parfois je voudrais parler avec les gens de la réception. (rire) Oui, parce qu’ils sont toujours là et oh non c’est elle maintenant!

RK: C’est cool mais ils l’apprécient probablement. (rire)

NF: Mais Vancouver est sympa mais ici vous … je pense aller par exemple à un restaurant probablement 20-30% de tout le monde à l’intérieur du restaurant travaillent sur cette industrie. Parce qu’il y a tellement de studios 2D et 3D ici et ouais j’ai l’impression d’être comme un petit Hollywood. (rire) Tellement de production.

RK: Je pense que Netflix fait la plupart de ses contenus d’animation à Vancouver.

NF: Oui, Icon, Bardel.

RK: Oui, ouais alors il se passe beaucoup de choses là-bas.

NF: Oui

RK: Comment diriez-vous que l’industrie de l’animation ressemble à Vancouver par rapport à la Californie?

NF: Je dois dire que la Californie était magique pour moi parce que … J’ai donc grandi en regardant tous les dessins animés de Nickelodeon, Cartoon Network, Disney, Warner et je vivais exactement dans la même rue de Nickelodeon et c’était tellement agréable!

RK: Wooowww

NF: C’était tellement incroyable pour moi d’ouvrir la porte de mon appartement et de voir Nickelodeon et en face de la rue, je pouvais voir le CN du Cartoon Network au Downtown Burbank.

RK: Quoiii! (rire) C’est fou!

NF: Oui et marcher jusqu’à Disney et c’était vraiment une expérience magique. Comme de temps en temps, je pense au temps que j’ai vécu là-bas et je pense que c’était réel. C’était si … (rires) Ouais ou quand je vois une photo de moi là au studio ou oui que j’ai eu la chance de rendre visite à Nickelodeon J’étais comme si c’était … Je pense que c’était juste un rêve. (rire) oui

RK: Je pense que c’est quelque chose à propos de beaucoup de fois où vos choses là-bas ne semblent pas vraiment réel.

NF: Oui, California Dream! (rire) ouais et aussi voici plus de VFX, je dois dire. Parce que d’accord tu as Sony, tu as Animalogic et maintenant Stellar je pense qu’ils font quelque chose. À Montréal, vous avez On Animation et de toute façon, mais encore VFX est plus grand ici.

RK: Et donc comme moins 2D par rapport à la Californie.

NF: Oui, mais sa croissance, je veux dire peut-être …

RK: Il y a DHX.

NF: DHX ils font de l’animation 2D et je ne pense pas qu’ils font du long métrage en ce moment. Ils font surtout des émissions de télévision.

RK: Ouais

NF: Je pense que je ne connais que My Little Pony qui est sorti avant. Icon fait Elena et Bardel ils faisaient Dragons, How to train Your Dragons et Turtles l’émission de télévision et aussi Rick et Morty! Oh mon Dieu!

RK: Attendez, ils font Rick et Morty là-bas?

NF: Non c’était … Je pense que c’était la première saison de Rick et Morty à Bardel. J’étais si jaloux que je … Ce serait un rêve de travailler sur Rick et Morty. (rire)

RK: Vous devriez lier … Vous devriez lier ce podcast ou nous devrions juste laisser ce podcast voir si les gens sont là.

NF: Oui, même si je fais comme la plupart du temps en 3D, si j’avais une chance de travailler sur Rick et Morty, je dirais que je faisais juste de la 2D à nouveau.

RK: Hey tu ne sais jamais. En dehors de l’industrie, diriez-vous que vous diriez qu’il y a des artistes qui trouvent le temps de créer leur contenu original ici.

NF: Bien sûr, je sais que, en suivant mes amis de Disney sur Instagram, je peux voir qu’ils dessinent toujours, créent toujours, font toujours des choses créatives. Chez Sony … Je ne sais pas ce que je n’ai pas fait … Comme je l’ai dit, je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer autant de monde. Mais je … des gens que je connais essayent toujours quelque chose aussi. Faire quelques dessins et rester occupé, je pense que c’est important. Je veux dire … c’est comme si la créativité était comme un muscle. Vous devez pratiquer, vous devez l’utiliser. Je veux dire que vous pouvez non seulement faire ce que les studios exigent. Je pense qu’il est important de rentrer à la maison et de faire son propre truc aussi, c’est bien. J’admire ça. Ouais comme l’année dernière pour moi, j’ai essayé de faire … au moins 2 ou 3 fois par semaine un nouveau dessin ou une nouvelle sculpture. Pas sur l’ordinateur parce que je travaillais comme 8 heures par jour, la dernière chose que je veux faire quand je rentre à la maison est de ne plus être sur un ordinateur.

RK: J’ai une autre question à vous poser parce que je me souviens d’avoir lu à ce sujet dans l’une de vos entrevues. Et c’est … votre expérience en tant que femme et en tant qu’international, je suppose que je travaille dans l’industrie de l’animation. Pensez-vous que umm … ça va dans la façon dont vous créez? Et pensez-vous que cela affecte votre expérience de toute façon?

NF: Hmm parfois, comme une fois j’étais dans un studio en train de prendre un café et quelqu’un s’est présenté et m’a dit ‘Oh es-tu un secrétaire ou une productrice?’ Et j’ai dit non je suis une artiste 3D! Pourquoi une fille comme moi ne peut-elle pas faire quelque chose sur un ordinateur? Il y a donc une erreur de jugement.

RK: Ahh ouais. Je pense que la plupart des choses, je sais que ça change lentement, mais la majorité des femmes qui travaillent dans l’industrie sont toujours des secrétaires ou des productrices. Mais les chiffres changent, alors c’est bien.

NF: Ouais, en ce moment ça change mais par exemple quand j’ai été rejoint le 2D euhh … le baccalauréat en animation classique j’étais … J’étais tellement minoritaire. Je pense que nous avions 10 personnes et nous étions seulement 2 filles. Et puis je travaillais dans un studio et nous étions 15 personnes à faire le travail créatif et 2 dames à faire … elles étaient une secrétaire et une productrice et 15 gars et il n’y avait que moi et une autre fille. Et nous étions .. J’étais toujours .. nous étions toujours minoritaires et je pense que je m’y suis habitué. Mais je pense qu’il est si important d’avoir plus de filles parce que je connais tellement de filles talentueuses mais elles n’ont pas de chance ou peut-être juste parce qu’elles ont besoin d’un visa. Mais c’est aussi mon cas, parfois je vois des portes fermées parce que j’ai besoin d’un visa. Et ce qui m’énerve, c’est de voir qu’ils embauchent quelqu’un qui n’est pas très bon mais qui n’a pas besoin de visa. Et d’accord, je sais qu’il est plus facile pour les studios d’embaucher des gens de leur propre pays ou pour ceux qui n’ont pas besoin de visa, mais c’est aussi frustrant pour moi. (rire)

RK: Mais je pense que du point de vue des studios, il s’agit davantage de ressources et de capacités, mais c’est vraiment dommage.

NF: Oui oui ça l’est. Oui, j’ai lu un procès, de belles opportunités à cause du visa. Mais de toute façon, en tant que fille, j’ai une expérience mixe parce que j’ai toujours été une minorité. Mais chaque fois qu’il y avait une fille je serais toujours .. essayer de se lier d’amitié. Parce que je pense que nous avons le pouvoir des filles, vous devez vous entraider. Mais j’ai aussi eu le problème par d’autres filles qui sous-estiment .. pas les filles mais les femmes, qui me sous-estime parce que je ne sais pas si je dois prouver que je peux faire ce que les garçons font.

RK: Je pense qu’en général si vous êtes traditionnellement plus féminin, comme vous vous présentez vous-même, les gens le trouveraient moins, comme la façon dont vous abordez les choses ou vous sentez moins confiant ou sûr de savoir si vous faites quelque chose. de douter plus si, plus comme une dame, si cela fait. Si vous êtes à côté d’une pièce pleine de gars, beaucoup plus comme ouais je peux … Ça peut se détacher de cette façon.

NF: Exactement ! Aussi je peux faire ********** regarder  zootopia. Donc, dans cette industrie, je me sens parfois totalement comme Judy Hopps parce que vous faites partie des gars talentueux et forts et que vous êtes un petit lapin … juste une fille parmi ces gars et vous devez prouver que vous pouvez faire ce qu’ils peuvent.

RK: Non, j’ai eu ces moments quand j’ai fait du freelance, quand je suis entré dans l’industrie pour la première fois, sinon la seule et intimidante.

NF: Oui, ça l’est.

RK: *********************. Mais au moins ici à Hong Kong, ça a été … J’ai vu beaucoup plus d’équilibre dans le rapport en termes de représentation féminine-masculine. Au moins parce que je travaille plus dans le côté 2D, il semble que la plupart des hommes ont tendance à aller vers le côté CG.

NF: Oui, oui exactement.

RK: Donc c’est plutôt intéressant.

NF: Mais en changeant je peux voir tant de filles s’impliquer davantage dans la 3D et veut faire des jeux vidéo et des animations ou des effets visuels. C’est incroyable, je veux dire que la 3D est en fait très nouvelle si vous comparez à aimer .. comme cette industrie est encore petite. Tout le monde connaît tout le monde et ça continue de grandir. Et je suis sûr qu’à l’avenir il y aura un équilibre.

RK: Et il nous faut juste rester et équilibrer les chiffres, je suppose.

NF: Ouais, ouais il y a beaucoup de dames extraordinaires qui sont des superviseurs, des superviseurs de VFX et elles sont vraiment une source d’inspiration. Ils travaillent à******** et ils étaient ici en train de faire une interview et de parler et c’était tellement incroyable, j’ai pleuré. (rires) Je sais donc que cette femme incroyable est superviseure et chef de file, et peut-être qu’un jour, je serai peut-être à la tête de projets de supervision. C’est mon nouvel objectif. (rire) Rêve!

RK: Espérons que la prochaine fois nous parlerons.

NF: Oh mon Dieu! Ce serait génial. Ce serait génial. Ce serait le moment le plus élevé de ma carrière, je pense. Ouais, après 13 ans de travail, je suis passé de la 2D et de la 3D pour finalement me retrouver, oui. Je pense que c’est une nouvelle étape, un nouveau défi aussi. Je ne veux pas toujours juste travailler, mais j’aimerais aussi partager mon expérience et partager quelques connaissances avec un nouvel artiste et ce serait génial. Je pense que c’est mon rêve. (rire)

RK: Je pense que c’est à peu près pour aujourd’hui. Merci beaucoup pour tous les conseils et le partage de votre expérience.

NF: Oh, bien sûr!

RK: C’est très instructif et vous avez un parcours professionnel très intéressant et votre approche de l’animation et de l’art est tout aussi unique.

Leave a Reply