SIGGRAPH Spotlight: Episode 15 – CG’s Next Generation with Canada’s Myriam Beauvais and Caroline Beyne (Part 1)

SIGGRAPH Spotlight: Episode 15 – CG’s Next Generation with Canada’s Myriam Beauvais and Caroline Beyne (Part 1)

Pictured: Caroline Beyne (left) and Myriam Beauvais (right).

For part one of the ACM SIGGRAPH International Resource Committee‘s (IRC) “next generation” series, Rebecca Ko (co-founder, Rooftop Animation) sits down with Myriam Beauvais (graphics programmer and intern, Ubisoft Montreal) and Caroline Beyne (pipeline technical director and software engineer, L’Atelier Animation) to discuss the gaming and animation industries in Montreal, their experiences working in Canada and abroad, and what they are doing to revive the ACM SIGGRAPH Montreal Chapter.

Listen on SoundCloud below or subscribe to the podcast on iTunes or Stitcher.


Transcribed by Anupama Hiregoudar (ACM SIGGRAPH IRC) and Jihed Jaouabi (ACM SIGGRAPH IRC).

FULL PODCAST TRANSCRIPT (English)

Rebecca Ko (RK): Would you guys like to introduce yourselves? Like… what you do and your experience?
Myriam Beauvais (MB): OK, I can jump in. [Laugh] I’m a rendering engineer and I started my career as…well, I started my career through internships actually, ’cause I was doing a co-featured program during my undergrad degree, which was a specialized computer science degree. My…my first internship in the video game industry was with Eidos Montreal and then, when I graduated, I started working with Frima studio for a year. Then, I went back to school for doing masters of engineering and working specifically on rendering. Um… and I just started my thesis a week ago with Ubisoft, so that’s quite cool.
RK: Yeah!
MB: And I started my experience with SIGGRAPH as a student volunteer in 2015, then I became a team leader for 2016 and 2017, still part of the student volunteer program. And I’m…. this year I’m involved with the Creative Development committee in helping out with cool projects. Yeah, that’s pretty much it. Yeah, Caro and I are also working on-site on the…
Caroline Beyne (CB): Yeah we are.
MB: on the ACM SIGGRAPH Montreal chapter, which is quite cool that we are both in this panel right, ’cause we have this link that we are working together also in the… in real life.
CB: To bring the chapter back to life. [Laugh] RK: I’m going to ask you guys a little more about it in a second.
MB: OK, cool. [Laugh] RK: So, Caro, would you like to introduce yourself?
CB: Yes, sure. So I’m a computer science engineer, but my job title is pipeline technical director in the animation studio I work in, which is called L’Atelier Animation in Montreal. So I have a pretty generalist computer science engineering background. As I’m French, I did my studies in France because it was really generalist and I already knew that I wanted to do CG in my life. When I was about to graduate, I wanted to step back in the CG game. And, to do so, there is a big animation festival in France called Annecy Festival. So I went there and I met, by happy accident, the folks from the Paris SIGGRAPH Chapter. That got me involved with SIGGRAPH and then back in Paris after the festival there are many activities, too. So I went there to get involved with them and they eventually told me to apply [Laugh] as an SV for SIGGRAPH, which I did and I am so glad I did. I became part of the SIGGRAPH family and on the other side because of the… I mean going to the Annecy festival really gave me much more enthusiasm to do CG. So, for my last internship I really did everything that I could to find an internship in animation studio. And after that, thanks to SIGGRAPH again, I got my first job at MIKROS in Paris, and then I moved to Canada to continue my career in animation.
RK: When you said you moved to Canada, you were still…you still worked with MIKROS animation for a bit?
CB: Yes, back in France I was working for MIKROS in VFX, and when I moved to Canada I was part of the MIKROS animation team. So, I jumped from VFX to animation by crossing the Atlantic.
RK: [Laugh] I guess.
CB: Because the VFX team in Montreal was quite small and now it’s actually not even existing anymore, it’s a mystery. But, it was small so they didn’t have any open position for me. As they wanted to keep me, so they put me in animation because they were working for a big feature film for DreamWorks, so they needed people.
RK: Which one?
CB: “Captain Underpants.”
RK: Oh, cool! How would you say is the work culture different between France and Canada?
CB: Yeah, there are, but … I much more see the culture difference now in my current studio L’Atelier, because they are much more international people. While at MIKROS because it’s a France-based studio, like, most of the staff, even in Canada, was French. Like, the people that I worked with day to day were mostly French, so not really a cultural difference, but right now I can see that much more. Like, in my current studio there are many people from everywhere in the world. While in France not that much because if you work in France you obviously have to… not obviously, but if you don’t know French you’re stuck, pretty quick, because as you can see, I talk, not many people speak English fluently. But in Canada, because it’s a country that speaks both French and English, and there are many people from everywhere, so, when I work every day, I have to make sure I can work with people that can speak both languages and yeah… different background and different ways to see the world and the CG. [Laugh] RK: That’s really cool.
CB: But it’s really… It’s also teaching me a lot to improve myself because I grew up seeing in one way but working with, ….I mean like being in SIGGRAPH. When you meet people from all around the world, you open your mind. It’s the same working in a studio with many people from everywhere.
MB: The diversity.
CB: Yes, exactly.
RK: Would you say it’s more diverse in Canada or in France?
CB: Oh, in Canada, yes, definitely.
RK: How would you say the animation industry is in Montreal?
CB: It’s cool. It’s quite diverse and also, I think, because of the proximity with the United States, the projects are much more bigger than in France, even though we have big films made in France, as well. But, um… the movies done in France are usually like the studio that make their own movies. While in Canada, like MIKROS, they did… they can do movies for other studios as subcontract, which is not really the case in France, from what I can see. But, so yeah, much bigger projects, even in VFX, I mean there are much more studios here in Montreal than in France. I feel like the projects are bigger because like, Hollywood is closer. [Laugh] RK: Would you say that there is more original content in France, comparatively speaking?
CB: I don’t want to be too narrow, but, sometime like that, I feel that here I can find… if you want to work on blockbuster thing it would happen more in Montreal, while, in France there are more artsy stuff.
RK: What about for games, Myriam? Like for the game industry is it more… would it be more influenced by the American game industry as well or is there a different sort of vibe there?
MB: So, I haven’t worked in other countries, so I can’t talk much about how it is elsewhere in the world. Although, I have a lot of friends from the U.S., so I would say that other industries… it’s, like, quite close to the American industry but with a few touches with Canadian things, I guess.
RK: That sounds good.
MB: So most of the companies in Montreal, like the bigger video game studios, are American studios, so um… its like big names such as EA and Warner Bros, like these type of companies, like they are all from U.S. But, we also have a super huge studio from Ubisoft which is from France. So I guess that the industry is influenced by all of these different players and, of course, they are all in competition against each other, so it’s like they are trying to recruit all the best talent in Montreal that creates kind of… like, you will have all of these companies that needs to balance it out, in the sense of, like, what people are expecting in terms of company culture, which is just really close to what the city is, right? It’s close to what the people in Montreal are expecting. So, you can’t just base yourself of the culture of the United States. You need to adapt and these companies are also in competition with tech industries, right? In general, they want to be competitive to the eyes of the employees or the candidates that they want to hire. Yeah, I think that shapes the industry a lot and I think that’s what gives this a little Canadian touch, ’cause they need to adapt to the local culture anyway, but it’s still studios which are run mostly in the U.S. and sometimes elsewhere. We also have, like, Japanese companies. Yeah.
RK: It’s really good that there is more emphasis on ideal work culture, in a way, because in some companies, especially in some smaller startups in the States, it seems that it gets a little bit iffy…
MB: Yeah, I think there is a lot of effort to try to give work-life balance in the Montreal video game industry, we’re getting there. And I am coming back from GDC, I am seeing a lot of people who are talking against crunches and these kinds of things and they want to move to this kind of culture of just burning out people, so I see a really bright future on the side of work-life balance in the gaming industry, which is super exciting to see happening.
RK: Going back to an earlier question that I held off on, would you guys talk a little bit about that chapter you mentioned?
MB: So, SIGGRAPH Montreal Chapter has been… it was founded, I think, around 15 years ago but then two years ago it died and…
RK: Oh, no!
MB: Yeah, and there were no more activities… at the same time, around the same time the IGDA chapter also died, so there was mostly nothing going on the side of computer graphics it was like, “You know, it would be very cool to have this computer graphics meet up…”
CB: Yeah, especially with all the people here in the studios and the ecosystem, it sucks like having nothing to meet…
MB: Yeah, definitely. We were like, “There are just so many people from all the computer graphics industry, we have so much to share and we don’t have any common grounds to do so.” Caro and I, and few of our other friends, are all involved in SIGGRAPH, and SIGGRAPH holds a dear place in our hearts… yeah, and the point of [the] SIGGRAPH chapter is to make people live the SIGGRAPH, like, all year long a long, right? So that’s why we wanted to get back home. We were like, “Yeah, it would be really cool if we were to re-found the Montreal SIGGRAPH chapter…” So, we got in touch with Jacky, who’s the chapter chair, and we asked a few questions about how we can do that, what are the different processes to do so — and we’re right in the middle of all of this were newly done actually completing our applications, then it’s only just a matter of pressing send… [Laugh] CB: Yes, from our SV to the rescue… that’s how I get involved in SIGGRAPH that’s through a local chapter that’s really something looking toward to do, like, to give new students a chance to know SIGGRAPH and to get involved with it like an I did, that’s the goal.
RK: It sounds like you guys already have all the hardware ready. But it’s a matter of setting it up after…
CB: Logistics for now…
MB: Yeah, it is actually so exciting to see how people are into this idea. We’ve received a lot of support from people in companies but also from the academic part because we have a few universities which are researching on computer graphics, so having the support of these researchers is also very very cool. So it is just, like, in the background, slowly building this community of people who are both from academic and the industry. There are a lot of students who also  are interested, so it is very exciting to tell these people coming together and being excited about this project, also.
RK: So, I guess, last question to wrap up this podcast: If, say, for example, anyone who is listening to this podcast wants to get into the industry, the gaming or animation industry in Montreal or Canada, [is] there any sort of advice would you give them?
CB: Don’t give up… ever.
MB: I think, both industries are looking for talents all around the world. The companies are very interested in hiring abroad, and there is also initiatives, like, Montreal is interested in having more talents from elsewhere in the world. Just at GDC, there was a huge boost from Montreal International, which is an initiative to recruit talents everywhere in the world. They were recruiting specifically for video games at the conference. That they are actually interested in recruiting in all kind of fields, so that means that even though you are an industry professional, if your wife, spouse, or husband they are in an other industries, there is also place for them to find work in Montreal. I am not sure how it works for the visas, I know that maybe Caro will be able to talk more about this because this is your… you’ve been through this, but I know we have a lot of people coming from everywhere in the world. This is a very diverse place and, I think, this is one of the things I like most in Montreal actually, so definitely don’t hesitate. And a lot of people are a little bit scared about the fact that we speak French in Quebec. People speak French, that’s true. There is a lot of people who only speak English and they do their whole life here in Montreal without speaking a word of French, so it is totally doable to come work here and to not be speaking French. At some point, people will want you to speak a little bit of it just to get closer to the culture right because people in Quebec, like, they really have their language. It is very dear to them. It is because that’s really important to protect the French language, but it is to go by in Montreal and to fully do whatever thing you need to be doing. It is not necessary to be speaking French. People are mostly bilingual in Montreal so it is not a huge barrier to entry.
CB: Let’s compare to France where you definitely — if you wanna live every day — you have to speak French. Here, you don’t need to necessarily speak French — even though it is a plus. The very last thing in Canada, Canadian government will support Canadian first so unless you have a bit of experience, professional experience, it will be harder to get a visa unless you have a really specific degree in a really specific area or something, but if you have at least two years of experience, I guess you can think of moving here.
MB: I think also what can make the process easier for juniors is if you come to study directly in Montreal.
CB: Yeah, yes!
MB: Because we have great schools, so if you start your career as a student in Montreal, then you are already on site. So it is easier to find companies to hire you.
CB: That is definitely true. If you do your studies here, you can go straight to a job. But, if you graduate from abroad and you want to start a job here, unless there is the working holiday visa I think from some countries, if your country has this program you can try it because Canada has it, if not maybe after two years of professional experience you can start to apply here. Otherwise, it is really hard to get a visa.
MB: I think it is. Specifically, they want to defend the idea of, like, why would we hire abroad for this position? So, yeah, I guess it is like…
CB: That’s definitely the reason they get people who want to move.
MB: If you have anything that differentiates you, specifically, I don’t think it is… like, it is not just years of experience sometimes it is one specific competency that is really hard to get here. That something that differentiates you from people here, then it is gonna be way easier for you to get in the Montreal industry.
CB: Why would we hire you, rather than a Canadian? If you are really something to put on first, then, you can go through the immigration process.
RK: It actually sounds a lot easier compared to other countries.
MB: It can take a really long time, like, I am not sure about the process for having permanent resident and citizenship. I know that this can be more complicated, but just to gain a visa to be able to work here, I guess it is easier than in a lot of other countries.
CB: Yeah, once you’ve passed the “I have specific skills” step, it is easy.
RK: Alright, then, so I guess that’s all for today and thank you guys for joining us.
CB: You’re welcome!
MB: Thank you very much!
RK: I look forward to hearing more about the chapter when it’s done.
CB: Yes, sure!
MB: Definitely, yeah!


TRANSCRIPTION COMPLÈTE DE PODCAST (Français)

Rebecca Ko (RK): Voulez-vous vous présenter ? Comme … ce que vous faites et votre expérience.

Myriam Beauvais (MB): Ok je peux intervenir. (Rire) Je suis ingénieur en rendu et j’ai commencé ma carrière comme … eh bien j’ai commencé ma carrière par des stages, parce que je faisais un programme co- vedette pendant mon diplôme de premier cycle qui était un diplôme spécialisé en informatique. Mon … mon premier stage dans l’industrie du jeu vidéo était avec Eidos Montréal et quand j’ai eu mon diplôme, j’ai commencé à travailler avec Frima studio pendant un an. Puis je suis retourné à l’école pour faire des maîtrises d’ingénierie et travailler spécifiquement sur le rendu. Umm … Et je viens de commencer ma thèse il y a une semaine avec Ubisoft. Donc c’est plutôt cool.

RK: Oui, ah!

MB: Et j’ai commencé mon expérience avec SIGGRAPH en tant qu’étudiant bénévole en 2015. Ensuite, je suis devenu chef d’équipe pour 2016 et 2017, toujours dans le cadre du programme de bénévolat étudiant. Et je suis…. Cette année je suis impliqué avec le comité de développement créatif pour aider avec des projets sympas. Oui, c’est à peu près tout. Ouais, Caro et moi travaillons aussi sur place sur…

Caroline Beyne (CB): Oui, nous le sommes.

MB: sur le chapitre ACM SIGGRAPH Montréal. Ce qui est assez cool que nous deux dans ce panel, car nous avons ce lien que nous travaillons ensemble dans le … dans la vraie vie.

CB: Pour ramener le chapitre à la vie. (Rire)

RK: Je vais vous demander les gars un peu plus à ce sujet dans une seconde.

MB: Ok, cool (rire)

RK: Alors Caro voudriez-vous vous présenter?

CB: Oui, bien sûr. Je suis donc ingénieur en informatique, mais mon poste est directeur technique de pipeline dans le studio d’animation dans lequel je travaille, L’Atelier Animation à Montréal. J’ai donc une formation assez généraliste en ingénierie informatique. Comme je suis français, j’ai fait mes études en France parce que c’était vraiment généraliste et je savais déjà que je voulais faire du CG dans ma vie. Quand j’étais sur le point d’obtenir mon diplôme, je voulais revenir dans le jeu de CG. Et pour ce faire, il existe un grand festival d’animation en France appelé Festival d’Annecy. Je suis donc allé là-bas et j’ai rencontré par hasard les gens du chapitre de Paris SIGGRAPH. Cela m’a fait participer à SIGGRAPH, puis à Paris après le festival, il y a aussi beaucoup d’activités. Alors je suis allé là-bas pour m’impliquer avec eux et ils m’ont finalement demandé de postuler (rire) en tant que SV pour SIGGRAPH, ce que j’ai fait et je suis tellement contente de l’avoir fait. Je suis devenue membre de la famille SIGGRAPH et de l’autre côté à cause du … Je veux dire, aller au festival d’Annecy m’a vraiment donné beaucoup plus d’enthousiasme pour faire du CG . Donc, pour mon dernier stage j’ai vraiment fait tout ce que j’ai pu pour trouver un stage en studio d’animation. Et après ça, grâce à SIGGRAPH, j’ai décroché mon premier emploi chez MIKROS à Paris. Et puis j’ai déménagé au Canada pour continuer ma carrière dans l’animation.

RK: Quand tu as dit que tu retournais au Canada, tu étais encore … tu travaillais encore un peu avec l’animation MIKROS.

CB: Oui, de retour en France, je travaillais pour MIKROS en VFX et quand je suis arrivé au Canada, je faisais partie de l’équipe d’animation MIKROS. Donc, je sautais de VFX Animation en traversant l’Atlantique.

RK: (Rires) Je suppose

CB: Parce que l’équipe d’effets spéciaux à Montréal était assez petite et maintenant il est en fait même pas plus existante, son mystère. Mais c’était petit donc ils n’avaient aucune position ouverte pour moi. Comme ils voulaient me garder, ils m’ont mis en animation parce qu’ils travaillaient pour un grand film pour DreamWorks, alors ils avaient besoin de gens.

RK: Lequel?

CB: Captain underpants.

RK: Oh cool! Comment diriez-vous la différence de culture de travail entre la France et le Canada?

CB: Oui, il y en a mais … Je vois beaucoup plus la différence de culture maintenant dans mon studio actuel L’Atelier, parce qu’ils sont beaucoup plus internationaux. Alors que chez MIKROS, c’est un studio basé en France comme la plupart des employés, même au Canada était français. Comme les gens avec qui j’ai travaillé au jour le jour étaient surtout français, donc pas vraiment la différence culturelle, mais maintenant, je peux voir ça beaucoup plus. Comme dans mon studio actuel, il y a beaucoup de gens de partout dans le monde. Alors qu’en France pas beaucoup parce que si vous travaillez en France, vous avez évidemment … pas forcément mais si vous ne connaissez pas la français vous êtes coincé, assez vite, car comme vous pouvez le voir, je parle, pas beaucoup de gens parlent couramment l’anglais. Mais au Canada, parce que ce pays sa qui parle français et en anglais et il y a beaucoup de gens de partout. Alors, quand je travaille tous les jours, je dois être sure que je peux travailler avec des gens qui peuvent parler les deux langues et ouais … arrière-plan différent et différentes façons de voir le monde et le CG. (Rire)

RK: C’est vraiment cool.

CB: Mais il est vraiment … ça m’apprend aussi beaucoup à me perfectionner. Parce que j’ai grandi à voir d’une seule manière, mais travailler avec … Je veux dire être en SIGGRAPH. Lorsque vous rencontrez des gens de partout dans le monde, vous ouvrez votre esprit. Il est le même travail dans un studio avec beaucoup de gens de partout.

MB: La diversité.

CB: Oui, exactement.

RK: Diriez-vous que c’est plus diversifié au Canada ou en France.

CB: Oh au Canada, oui, définitivement.

RK: Comment dirais-tu que l’industrie de l’animation est à Montréal?

CB: C’est cool. C’est très diversifié et je pense aussi, en raison de la proximité avec les Etats-Unis, les projets sont beaucoup plus importants qu’en France, même si nous avons aussi de gros films réalisés en France. Mais, euh… Les films réalisés en France sont généralement comme les studios qui font leurs propres films. Au Canada, comme MIKROS, ils l’ont fait … ils peuvent faire des films pour d’autres studios en sous-traitance. Ce qui n’est pas vraiment le cas en France d’après ce que je peux voir. Mais, oui, des projets beaucoup plus importants, même en VFX, je veux dire qu’il y a beaucoup plus de studios ici à Montréal qu’en France. J’ai l’impression que les projets sont plus gros parce que, comme Hollywood, c’est plus proche. (Rire)

RK: Diriez-vous qu’il y a plus de contenu original en France, en comparaison?

CB: Je ne veux pas être trop étroit mais, parfois, je sens que je peux trouver ici … si tu veux travailler sur des superproductions, ça arrivera plus à Montréal, alors qu’en France il y a plus de trucs artsy.

RK: Qu’en est- il pour les jeux, Myriam? Comme pour l’ industrie des jeux est plus … Serait-il plus influencé par l’industrie américaine du jeu ou y a-t-il une sorte d’ambiance différente ?

MB: Je n’ai donc pas travaillé dans d’autres pays, donc je ne peux pas parler beaucoup de ce qui se passe ailleurs dans le monde. Bien que, j’ai beaucoup d’amis des États – Unis, donc je dirais que ou les industries … C’est comme assez proche de l’industrie américaine, mais avec quelques touches avec des choses au Canada , je suppose.

RK: Cela semble bien.

MB: Donc, la plupart des entreprises à Montréal, comme les plus grands studios de jeux vidéo, sont des studios américains, alors c’est comme des grands noms comme EA et Warner Bros, comme ce genre de sociétés, comme si elles venaient toutes des États-Unis mais on a aussi un super studio d’Ubisoft qui vient de France. Donc, je suppose que l’industrie est influencée par tous ces différents acteurs et bien sûr ils sont tous en compétition les uns contre les autres. Donc, c’est comme ils essaient de recruter tous les meilleurs talents à Montréal qui crée en quelque sorte… Comme vous aurez toutes ces entreprises qui ont besoin d’équilibrer, dans le sens d’aimer, ce que les gens attendent en termes de culture d’entreprise. Ce qui est vraiment proche de ce que la ville est, à vrai dire, c’est proche de ce que les Montréalais attendent. Donc, vous ne pouvez pas vous baser sur la culture des États-Unis. Vous devez vous adapter et ces entreprises sont également en concurrence avec les industries technologiques, en général. Ils veulent être compétitifs aux yeux des employés ou des candidats qu’ils veulent embaucher. Oui, je pense que cela façonne beaucoup l’industrie et je pense que c’est ce qui donne une touche canadienne. Parce qu’ils ont besoin de s’adapter à la culture locale de toute façon, mais ce sont toujours des studios qui sont gérés principalement aux États-Unis et parfois ailleurs. Nous avons aussi des entreprises japonaises. Ouais.

RK: C’est vraiment bien que l’on mette davantage l’accent sur la culture de travail idéale, car dans certaines entreprises , en particulier dans certaines startups plus petites aux Etats-Unis, il semble que ça devient un peu incertain …

MB: Oui, je pense qu’il y a beaucoup d’efforts pour essayer d’équilibrer la vie professionnelle dans l’ industrie du jeu vidéo à Montréal , nous y arrivons. Et je reviens de la GDC je vois beaucoup de gens qui parlent contre des craquements et ce genre de choses et ils veulent passer à ce genre de culture de simplement brûler les gens, donc je vois vraiment un  avenir brillant sur le côté de l’équilibre de la vie professionnelle dans l’industrie du jeu qui est super excitant de voir se produire.

RK: Revenons à une question plus tôt que j’ai retenue, est-ce que vous parliez un peu de ce chapitre que vous avez mentionné?

MB: Donc SIGGRAPH Montréal a été … il a été fondé, je pense, il y a environ 15 ans, mais il y a deux ans, il est mort et ..

RK: Oh non ..!

MB: Oui, et il n’y avait plus d’activités … en même temps, à peu près au moment où le chapitre d’ IGDA est mort aussi, donc il n’y avait surtout rien qui se passait du côté de l’infographie: “tu sais que ce serait très cool d’avoir ce rencontre des infographistes … “

CB: Oui, surtout avec toutes les personnes présentes dans les studios et l’écosystème , ça craint de n’avoir rien à voir …

MB: Ouais, nous étions vraiment sérieux, il y a tellement de gens de toute l’industrie de l’infographie, nous avons tellement de choses à partager et nous n’avons aucun terrain commun pour le faire. .. Caro et moi et quelques-uns de nos autres amis sont tous impliqués dans SIGGRAPH, et SIGGRAPH tiennent une place chère dans nos cœurs … ouais, et le but du chapitre SIGGRAPH est de faire vivre aux gens le SIGGRAPH comme toute l’année un long droit … alors nous voulions rentrer chez nous, nous nous disions «oui, ce serait vraiment cool si nous retrouvions le chapitre de SIGGRAPH à Montréal» … Alors nous sommes en contact avec Jackie qui est la présidente de la section et nous avons posé quelques questions à propos de comment nous pouvons faire cela, quels sont les différents processus pour le faire … Et nous sommes au milieu de tout cela ont été récemment fait en train de remplir nos applications, alors il suffit juste d’appuyer sur envoyer …

(rire)

CB: Oui, de nos SV à la rescousse. .. c’est comme ça que je m’engage dans SIGGRAPH à travers un chapitre local qui cherche vraiment à donner aux nouveaux étudiants une chance de connaître SIGGRAPH et de s’impliquer comme je l’ai fait, c’est l’ objectif …

RK: On dirait que vous avez déjà tout le matériel. Mais c’est une question de mise en place après…

CB: Logistique pour l’instant …

MB: Oui, c’est vraiment excitant de voir comment les gens sont dans cette idée. Nous avons reçu beaucoup de soutien de la part des gens des entreprises mais aussi de la partie académique parce que nous avons quelques universités qui font de la recherche en infographie. Le soutien de ces chercheurs est aussi très très cool, c’est donc comme en arrière-plan, lentement, la construction de cette communauté de gens qui sont à la fois académiques et industriels…  il y a beaucoup d’étudiants qui sont intéressés aussi qui il est donc très excitant de dire à ces gens de venir ensemble et être enthousiasmés par ce projet aussi …

RK: Donc, je suppose que la dernière question pour terminer ce podcast, si, disons par exemple, quiconque écoute ce podcast veut entrer dans l’industrie, l’industrie du jeu ou de l’animation à Montréal ou au Canada . .. y a-t-il des conseils que vous leur donneriez?

CB: N’abandonne pas … jamais

MB: Je pense que les deux industries recherchent des talents dans le monde entier, les entreprises sont très intéressées à embaucher à l’étranger, et il y a aussi des initiatives comme Montreal est intéressé à avoir plus de talents d’ailleurs dans le monde, juste au GDC un énorme coup de pouce de Montréal international qui est une initiative pour recruter des talents partout dans le monde … Ils recrutaient spécifiquement pour les jeux vidéo, à la conférence qu’ils sont réellement intéressés à recruter dans tous les domaines, ce qui signifie que même si vous êtes un professionnel de l’industrie si votre femme, conjoint ou mari est dans une autre industrie, il y a aussi un endroit où trouver du travail à Montréal. Je ne sais pas comment cela fonctionne pour les visas, je sais que peut-être Caro pourra parler plus à ce sujet parce que c’est votre … vous avez traversé cela … Mais je sais que nous avons beaucoup de gens venant de partout dans le monde … c’est un endroit très diverse et je pense que c’est l’une des choses que j’aime la plupart dans Montréal en fait, n’hésitez pas … et beaucoup de gens ont un peu peur du fait que nous parlons français au Québec, que les gens parlent français c’est vrai, il y a beaucoup de gens qui ne parlent que l’anglais et ils font toute leur vie ici à Montréal sans parler un mot de français, donc il est tout à fait faisable de venir travailler ici et de ne pas parler français … à un moment donné, les gens voudront que vous en parliez un peu pour vous rapprocher à la culture parce que les gens au Québec aiment vraiment leur langue … c’est très cher pour eux. C’est parce que c’est vraiment important de protéger la langue française, mais c’est pour passer à Montréal et pour faire tout ce que vous devez faire, il n’est pas nécessaire de parler français. Les gens sont pour la plupart bilingues à Montréal. Pas une énorme barrière à l’entrée …

CB: Comparons à la France où tu veux définitivement … si tu veux vivre tous les jours tu dois parler français … Ici tu n’as pas besoin de parler français … même si c’est un plus … la toute dernière chose au Canada. Le gouvernement du Canada appuiera le Canada d’abord, à moins que vous ayez un peu d’expérience, d’expérience professionnelle, il sera plus difficile d’obtenir un visa à moins d’avoir un diplôme vraiment spécifique dans un domaine précis, mais si vous avez au moins deux ans d’expérience, je suppose que vous pouvez penser à déménager ici.

MB: Je pense aussi que ce qui peut faciliter le processus pour les juniors, c’est si vous venez étudier directement à Montréal .

CB: Oui, oui!

MB: Parce que nous avons d’excellentes écoles, si vous commencez votre carrière d’étudiant à Montréal, vous êtes déjà sur place, il est donc plus facile de trouver des entreprises pour vous embaucher.

CB: C’est certainement vrai, si vous faites vos études ici, vous pouvez aller directement à un emploi, mais si vous êtes diplômé de l’étranger et que vous voulez commencer un emploi ici, à moins que le visa vacances-travail votre pays a ce programme, vous pouvez l’essayer parce que le Canada l’a, sinon peut-être après deux ans d’ expérience professionnelle , vous pouvez commencer à postuler ici .. Sinon, il est vraiment difficile d’obtenir un visa.

MB: Je pense que c’est en particulier qu’ils veulent défendre l’idée de pourquoi nous embaucherions à l’étranger pour ce poste … alors oui, je suppose que c’est comme …

CB: C’est certainement la raison pour laquelle ils ont des gens qui veulent déménager.

MB: Si vous avez tout ce que vous différencier spécifiquement, je ne ce qu’il est … comme il n’est pas seulement des années d’expérience parfois dans une compétence spécifique qui est vraiment difficile d’obtenir ici, que quelque chose qui vous différencier des gens ici, alors ça va être beaucoup plus facile pour vous d’entrer dans l’industrie montréalaise.

CB: Pourquoi pourrions-nous vous embaucher plutôt qu’un Canadien, si vous êtes vraiment quelqu’un d’autre à faire, alors vous pouvez passer par le processus d’immigration.

RK: Cela semble beaucoup plus facile par rapport à d’autres pays.

MB: Cela peut prendre beaucoup de temps, comme je ne suis pas sûr du processus d’obtention du permis de résident et de citoyenneté, je sais que cela peut être plus compliqué mais juste pour pouvoir un visa pour pouvoir travailler ici je suppose que c’est plus facile que dans beaucoup d’autres pays ..

CB: Oui, une fois que tu as passé l’étape «J’ai des compétences spécifiques», c’est facile.

RK: Très bien alors, donc je suppose que c’est tout pour aujourd’hui et merci les gars de nous rejoindre.

CB: De rien!

MB: Merci beaucoup!

RK: Je suis impatient d’en savoir plus sur le chapitre quand c’est fait.

CB: Oui, bien sûr!

MB: Certainement, ouais!

 

Leave a Reply